Articles

Affichage des articles du décembre, 2016

Maliha - Encre et pastel - Annick Chenu

Image
Sans doute le dernier dessin de l'année 2016! Inspiré par la typographie dite Super Veloz. Graphisme et mouvement Bonheur !




Surprises de fin d'année!

Image
Sans être aussi rempli que celui de Bacon, mon atelier est quand même un joyeux foutoir!
Hors donc il m'a pris cette semaine de le réorganiser complètement.
Cela m'a permis de redécouvrir des dessins  oubliés depuis des années: certains remontent à 2006, c'est dire... D'autres encore portent les traces d'un début d'encadrement ou sont en attente de finitions.
Pourquoi sont-ils restés inachevés, quel travail m'en a écartée? Mystère...
Ces tableaux "perdus",  je les mets en vente à très petit prix dans mon atelier à Vauréal














Joyeuses fêtes à toutes et tous!

Image

Pollution - Monotypes - A. Chenu

Image

Le carré des rêves - Découpage-collage de gravures sur zinc - A. Chenu

Image

Art abordable à Vauréal!

Image

Mer du Japon Monotype A. Chenu Peintre graveur

Image
Une brume, des embruns vagues: un côté délicat d'estampe japonaise et voilà le titre qui s'impose...

Savoureuse humanité - Annick Chenu - 3ème et dernière partie

Image
Ce matin, encore, nous sommes réveillés par la sonnette de la porte d’entrée. Monsieur l’inspecteur! Sans Ronda! Il entre et s’assoit sur un tabouret dans la cuisine. Sandra lui propose une tasse de café. Il accepte. Sandra se sert un bol et s’appuie contre le radiateur. Je n’aime pas l’odeur du café ça vous détraque l’odorat en un rien de temps et, là, ça m’empêche de respirer le parfum de Ronda. Quant à tenter de flairer directement le pantalon de son maître, je préfère éviter les semelles dures de ses chaussures. -Vous êtes venu sans votre chien, inspecteur? -Elle est en chaleur et je crains que ça ne fasse du grabuge avec Maxou; c’est bien son nom n’est-ce pas? Ah! ah! ah! Pauvre type! Toi, par contre, tu peux faire du grabuge avec ma maîtresse, c’est cela? Parce que qu’est-ce que tu lui veux, dis, à 8h du matin? -Quelque chose ne va pas inspecteur? Pourquoi cette visite aussi matinale? L’inspecteur tourne plusieurs fois sa cuillère dans sa tasse avant de répondre. -Il y a du nouvea…

Savoureuse humanité - 2ème partie - Annick Chenu

Image
C’est la sonnette de la porte d’entrée qui nousréveille à neuf heures du matin. Avant que Sandra n’ouvre j’ai déjà flairé les phéromones. Encore endormie, ma maîtresse met un temps fou à tourner les verrous. Quand la porte s’ouvre enfin je contourne des chaussures cirées pour aller renifler le derrière d’une chienne altière, certes, mais dont les effluves ne laissent aucun doute quant à ses futures dispositions! Une voix grave résonne au bout de la laisse de la ravissante puis les cris de Sandra m’arrachent aux fragrances excitantes. Un coup de pied discret mais ferme me dégage de la chienne. Je m’inquiète soudain de ce qui arrive à ma maîtresse. Elle pleure. Ca me met dans tous mes états. Un gémissement incontrôlable m’échappe. Je saute dans ses bras et elle me serre convulsivement. La grosse voix se fait de nouveau entendre et cette fois je dresse les oreilles. -Nous avons trouvé votre message sur son répondeur. Vous l’attendiez à 17h c’est cela? Sandra acquiesce de la tête. -Bien…

Savoureuse humanité - Annick chenu - 1ère partie

Image
Je l’aime. Plus que tout au monde. Cela n’a rien à voir avec le sexe : nous ne couchons pas ensemble et vraiment, ça m’étonnerait qu’elle y ait jamais pensé. Et même qu’elle y pense un jour… Nous vivons sous le même toit depuis neuf ans. Mais pour le sexe, c’est chacun pour soi. Je ne suis pas son type. Elle les préfère grands et imberbes alors que je suis petit et poilu. Quant à moi je les aime... Hum! Mais ceci n’a aucun rapport avec notre histoire… Je l’aime donc. Son image m’obsède : elle est toute ma vie. A présent elle tourne son regard bleu vers moi. -Maxou, cesse avec ces yeux de merlan frit! Je l’adore mais il y a des fois! Mais d’elle j’accepte tout. Des autres par contre… William par exemple. William, le malabar avec ses deux monstres danois. André, Bernard, Jules…Je les ai tous supportés même Jeannot et son chat siamois. Mais William, je ne sais pas. Je n’ai jamais pu le sentir. Ni lui, ni ses molosses. Elle vient de terminer de s’habiller. -Maxou, tu viens mon chéri? E…